5 février 2006

Les castors prennent leur queue pour une truelle

NX_european_beaver_sketch

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Espèrent-ils faire barrage aux idées reçues ?

Avant de nous demander d’où vient cette idée, reçue ou pas, observons le comportement de ces animaux à grandes incisives et queue plate. Bien connus depuis des millénaires, car présents dans les régions boréales habitées d’Europe, et notamment de France (sous l’ancien nom de « bièvre ») ces rongeurs n’ont plus de secrets, au moins en ce qui concerne la partie la plus originale de leur mode de vie : la construction de barrages. Un scientifique n’affirmera jamais que quelque chose n’existe pas. Aucun d’eux ne dira donc jamais : « les castors ne se servent pas de leur queue comme d’une truelle » ; ils diront simplement « ce comportement n’a jamais été observé ».

C’est un scoop. Jamais on n’a vu de castor maçonner son barrage avec sa queue. Ils s’en servent pour nager, et parfois frapper la surface de l’eau pour alerter. Mais alors, d’où vient cette image d’Épinal (il y a des castors dans les Vosges) ? On peut penser à tel magazine pour enfants où un canard paresseux et trois canetons farceurs (et mal informés) vivent des aventures médiocres et invraisemblables. Voilà en effet des décennies que nous voyons dans ce magazine les rongeurs s’en donner à queue joie dans leurs activités de BTP. Mais l’origine de l’idée reçue est peut-être ailleurs ; la chasse au castor-maçon est donc ouverte. Continuons d’apprécier ces animaux pour leur intelligence, et leur sens de la solidarité qui en remontre au nôtre. Cela suffira largement à justifier notre admiration ; inutile d’en inventer. Même si le castor vit en milieu… aqueux !

- Les moeurs des castors