On m’a souvent répété ce conseil lorsque j’étais enfant: « Pour t’endormir plus vite, compte les moutons. » Cette méthode ancestrale, qui consiste à s’imaginer des moutons sautant par-dessus une clôture et à les comptabiliser mentalement jusqu’à sombrer dans le sommeil, fait partie de notre héritage culturel depuis des siècles. Mais est-ce vraiment efficace ou juste un mythe qui perdure ?

Aujourd’hui, en tant qu’adulte confronté à des problèmes occasionnels d’insomnie, je me suis demandé si cette technique pouvait réellement m’aider. Alors j’ai décidé d’explorer ce sujet en profondeur, en mélangeant recherches scientifiques, témoignages et expériences personnelles. Le but ? Vous dévoiler la vérité sur le fait de compter les moutons pour s’endormir.

Les origines de cette croyance populaire

Avant d’entrer dans le vif du sujet, remontons aux sources de cette méthode d’endormissement. D’où vient cette idée de compter des moutons imaginaires ? Plusieurs théories coexistent :

  1. L’hypothèse des bergers : Il semblerait que cette pratique tire ses racines dans le monde de l’élevage ovin. Les bergers, avant de se coucher, comptaient leur troupeau afin de s’assurer qu’aucune bête ne s’était égarée. La monotonie de cette tâche, associée à la fatigue de la journée, les aurait aidés à trouver le sommeil plus facilement.
  2. Une référence à la laine de mouton : Pour certains, compter les moutons fait écho au côté duveteux et réconfortant de leur laine. Cette image de douceur et de confort aurait naturellement été associée au repos et au sommeil.
  3. Un héritage de la culture celte : Selon une troisième théorie, l’expression « compter les moutons » dériverait d’un vieux système de numération brittanique appelé « Yan Tan Tethera », signifiant littéralement « 1, 2, 3 ». Les anciens Celtes comptaient ainsi leurs troupeaux, créant une sorte de litanie propice à l’endormissement.

Quelle que soit son origine exacte, le fait est que cette croyance s’est propagée à travers les âges, devenant un classique des remèdes de grand-mère contre l’insomnie. Mais qu’en est-il réellement ? Cette méthode est-elle digne de sa réputation ou ne s’agit-il que d’un doux mythe ?

Ce que dit la science

Pour trancher cette question de manière objective, rien de tel que de se plonger dans les études scientifiques sur le sujet. Et les résultats sont… contrastés.

Une expérience menée en 2002 par le prestigieux département de psychologie de l’Université d’Oxford a particulièrement retenu mon attention. Les chercheurs ont divisé un groupe de 41 insomniaques en trois sous-groupes, à qui ils ont donné des consignes différentes pour s’endormir :

  • Le premier groupe devait visualiser des scènes paisibles et relaxantes, comme une cascade ou un ruisseau en forêt.
  • Le deuxième groupe était invité à compter des moutons imaginaires.
  • Le dernier groupe devait simplement suivre sa routine habituelle.

Les résultats ont montré que le groupe ayant visualisé des paysages apaisants s’est endormi en moyenne 20 minutes plus rapidement que les deux autres groupes. Les chercheurs ont conclu que se concentrer sur des images mentales positives et relaxantes facilite l’endormissement, tandis que compter les moutons ou suivre sa routine standard n’apporte aucun bénéfice significatif.

Cette étude remet sérieusement en cause l’efficacité de la méthode du comptage de moutons. Cependant, d’autres recherches suggèrent que l’impact pourrait varier selon les individus…

L’importance du profil psychologique

Si compter les moutons ne semble pas fonctionner de manière générale, certaines études indiquent que cette technique pourrait avoir un effet bénéfique pour une partie de la population. Tout dépendrait en fait du profil psychologique de la personne concernée.

Une équipe de chercheurs de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 s’est penchée sur cette question en 2018. Leur conclusion ? Les personnes dites « anxieuses-soumises », c’est-à-dire celles ayant tendance à l’inquiétude et à l’obéissance, seraient davantage susceptibles de ressentir les bienfaits du comptage de moutons sur leur sommeil.

Selon les scientifiques, ce type de personnalité serait plus à même de se soumettre à une tâche mentale répétitive et sans grande implication émotionnelle, comme compter indéfiniment des moutons imaginaires. Cette activité leur permettrait de se détacher de leurs préoccupations et ruminations, facilitant ainsi l’endormissement.

A contrario, les profils dits « détachés-flegmatiques » (peu enclins à l’inquiétude ou au stress) ou « rebelles-opposants » (ayant tendance à résister aux règles) ne retireraient aucun bénéfice significatif de cette pratique, qui pourrait même les maintenir davantage en éveil selon les cas.

Il semblerait donc que le facteur psychologique joue un rôle déterminant dans l’efficacité (ou l’inefficacité) du comptage de moutons comme aide au sommeil. Ce constat ouvre une réflexion intéressante : plutôt qu’une solution miracle universelle, cette méthode devrait être envisagée au cas par cas, en fonction des traits de personnalité de chacun.

Mon expérience personnelle

Après avoir exploré les données scientifiques, je me suis lancé dans une petite expérience personnelle afin de tirer mes propres conclusions. J’ai testé la méthode du comptage de moutons pendant une semaine, en l’intégrant à ma routine du coucher.

Je dois avouer que les premiers soirs, je me suis senti plutôt sceptique. M’imaginer des moutons sautillants et les dénombrer mentalement me semblait être une activité quelque peu puérile et dénuée d’intérêt. J’ai rapidement décroché, mon esprit s’égarant sur d’autres pensées au bout de quelques minutes seulement.

Cependant, au fil des jours, je me suis pris au jeu. J’ai commencé à développer de véritables scénarios dans ma tête, variant les décors et les actions des moutons. Plutôt que de me concentrer exclusivement sur leur comptage, je les imaginais évoluer dans des environnements de plus en plus détaillés et fantaisistes.

Et c’est là que quelque chose d’intéressant s’est produit. En laissant libre cours à mon imagination tout en conservant un fil conducteur simple (la présence des moutons), je parvenais à apaiser progressivement mon mental. Mes pensées parasites et mes préoccupations s’effaçaient peu à peu, remplacées par ces univers mentaux que je créais avant de sombrer dans le sommeil.

Au final, si le simple fait de compter m’a semblé inefficace, donner une dimension plus créative et visualiser des scénarios m’a réellement aidé à décrocher et à m’endormir. Cette expérience m’a fait prendre conscience de l’importance de trouver une activité mentale qui nous correspond, plutôt que de suivre aveuglément un remède miracle traditionnel.

Quelles alternatives au comptage de moutons ?

Si la méthode des moutons ne vous convainc pas ou ne fonctionne pas pour vous, rassurez-vous : de nombreuses autres options existent pour faciliter votre endormissement. En voici quelques-unes parmi les plus populaires :

  1. La relaxation musculaire progressive : Inspirée des travaux du Dr Edmund Jacobson, cette technique consiste à contracter et relâcher tour à tour les différents groupes musculaires du corps, en partant des pieds pour terminer par le visage. Un excellent moyen de libérer les tensions physiques et mentales accumulées dans la journée.
  2. Les exercices respiratoires : Il existe de multiples exercices basés sur la respiration (cohérente, 4-7-8, etc.) qui ont fait leurs preuves pour apaiser le mental et faciliter la détente avant le sommeil. La prise de conscience de son souffle est un puissant vecteur d’apaisement.
  3. La méditation pleine conscience : En restant attentif au moment présent, on évite de se laisser submerger par les pensées parasites et les ruminations. Une approche particulièrement adaptée pour les esprits ayant tendance à s’emballer ou à s’angoisser avant le coucher.
  4. L’imagerie mentale : Comme son nom l’indique, il s’agit ici de se projeter mentalement dans des lieux, des décors ou des situations apaisantes. On peut par exemple imaginer une plage tropicale, une clairière au cœur d’une forêt ou toute autre scène propice à la détente.

J’ai moi-même expérimenté ces différentes alternatives, avec plus ou moins de succès selon les périodes. Mon conseil : ne restez pas bloqué sur une seule méthode si elle ne vous convient pas. Testez, essayez, et trouvez celle qui vous permettra de mieux lâcher prise avant le sommeil. C’est un travail sur soi, mais le jeu en vaut la chandelle !

Intégrer ces techniques dans sa routine du coucher

Quelle que soit l’approche choisie, il est essentiel de s’y tenir régulièrement pour en ressentir pleinement les bénéfices. Voici quelques conseils pour créer une routine du coucher propice à un endormissement facilité :

  • Fixez-vous un rituel immuable une heure avant le coucher : bain chaud, tisane, lecture relaxante, etc. Ce rituel agira comme un signal d’apaisement pour votre corps et votre esprit.
  • Respectez des horaires de coucher réguliers, y compris les week-ends. Notre horloge biologique intérieure fonctionne mieux avec des cycles bien établis.
  • Réduisez l’exposition aux écrans (télévision, smartphones, tablettes, etc.) dans les heures précédant le coucher. La lumière bleue de ces appareils peut perturber votre production naturelle de mélatonine, l’hormone du sommeil.
  • Transformez votre chambre en un véritable cocon apaisant. Optez pour une décoration relaxante, des couleurs douces et des matériaux naturels comme le bois ou la fibre végétale.
  • Si vous n’arrivez pas à vous endormir après une vingtaine de minutes au lit, levez-vous et changez d’activité (lecture, exercices de respiration, etc.) jusqu’à ressentir à nouveau l’envie de dormir. Rester éveiller au lit peut créer une association contre-productive avec votre insomnie.

Intégrer ces habitudes dans votre quotidien peut sembler fastidieux au début. Mais petit à petit, vous verrez votre corps et votre mental se détendre plus naturellement au fil de cette routine. Un excellent moyen de préparer un sommeil récupérateur !

Et si les difficultés persistent ?

Malgré tous vos efforts pour créer un environnement et une routine idéals, il peut arriver que les problèmes d’insomnie persistent. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé comme un médecin ou un psychologue spécialisé dans les troubles du sommeil.

Il existe aujourd’hui de nombreuses approches validées scientifiquement pour vous aider à retrouver un sommeil réparateur, parmi lesquelles :

  • La thérapie cognitive et comportementale de l’insomnie (TCC-I) : Cette approche vise à modifier les pensées et comportements néfastes qui peuvent entretenir un cercle vicieux de stress et d’insomnie. La TCC-I fait aujourd’hui figure de référence dans le traitement de l’insomnie chronique, avec un taux d’efficacité élevé.
  • Les compléments naturels à base de mélatonine, valériane ou autres plantes : En complément d’une routine adaptée, ces produits d’origine naturelle peuvent aider à réguler le sommeil de manière temporaire ou ponctuelle. A utiliser avec précaution et sous contrôle médical.
  • Les traitements médicamenteux : En dernier recours dans les cas d’insomnie sévère, certains somnifères peuvent être prescrits sur une durée limitée. Leur usage doit cependant être encadré pour éviter tout risque d’accoutumance ou d’effets secondaires.

Le plus important est de ne pas banaliser un problème d’insomnie chronique. Un manque de sommeil récurrent peut avoir des conséquences néfastes sur votre santé physique et mentale à long terme. N’hésitez donc pas à faire appel à des professionnels si les difficultés persistent malgré vos efforts.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *