7 octobre 2007

Frapper des silex pour faire du feu

affiche

  Feu l’âge de pierre

Le contenu de cet article est PROUVÉ

C’est une image très populaire que notre fier ancêtre habitant des cavernes frappant vigoureusement des silex pour en obtenir de précieuses étincelles.

Pourtant, et même si frapper deux silex provoque bien quelques vagues étincelles, elles sont trop « froides » pour allumer un feu et elles n’ont pas le temps d’atteindre la fibre destinée à la combustion, généralement de l’amadou. L’élément essentiel pour réaliser cette expérience paléolithique est la marcassite, ou un autre sulfure de fer comme la pyrite (du grec pyrítēs (líthos) – pierre à feu), c’est le sulfure de fer présent dans ces cailloux qui est le responsable des étincelles. Le silex lui n’en contient pas.

Cette idée reçue vient d’un usage très répandu des briquets à silex jusqu’au début du XXe siècle et qui fit probablement associer le feu avec le silex dans les imaginations. Le silex n’est que le percuteur d’un petit morceau d’acier carburé appelé « fusil », et du quartz peut très bien le remplacer. C’est l’étincelle produite lors de la séparation brutale de petits morceaux de fer qui produit l’énergie nécessaire à une toute petite combustion.