10 février 2005

Un massage cardiaque sert à faire repartir le cœur

Overlevelse

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Masser, masser, masser, sans jamais s’arrêter…

On pourrait dire, à la rigueur, que le massage cardiaque « peut » faire repartir le cœur, même si c’est assez rare. En réalité, lors d’un arrêt cardiaque, ce qui est préoccupant, c’est avant tout l’état du cerveau.

Le dysfonctionnement du cœur (soit qu’il ne batte plus, soit qu’il batte de façon anarchique, ce qui pour un secouriste revient au même) ne permet plus à l’oxygène de circuler dans le corps. Le sang qui sert de transporteur à l’oxygène n’est plus projeté dans les artères par la pompe cardiaque. Les cellules du corps ne sont donc plus alimentées en oxygène.

Or, certaines cellules ne supportent pas du tout l’apnée. En l’absence d’oxygène, les cellules du cerveau meurent au bout de quelques minutes et comme elles ne se régénèrent pas, les lésions irrémédiables surviennent rapidement et c’est cette destruction progressive du cerveau qui va provoquer en quelques minutes la mort de la victime.

Le but du massage est donc essentiellement mécanique. Une fois envoyée de l’oxygène dans les poumons en pratiquant du bouche à bouche, on comprime manuellement le cœur en appuyant dessus. Cette activation artificielle de la pompe cardiaque permet d’éjecter le sang dans les artères et le relâchement de la compression permet ensuite d’aspirer le sang pauvre. Voila pourquoi on va appuyer, relâcher, appuyer, relâcher…

gestes-masser

Il est donc absolument nécessaire que le sauveteur qui pratique le massage cardiaque l’associe systématiquement à du bouche-à-bouche et qu’il masse sans se décourager, même si l’état de sa victime ne semble pas s’améliorer. Et ce, jusqu’à l’arrivée des secours.

Si le bouche-à-bouche est impossible (fracture, présence de liquide, dégoût du sauveteur, etc.), il est toujours possible de faire passer l’air par le nez (technique du bouche-à-nez) ou même de se contenter de ne faire que du massage car la pire des options est de ne rien faire et de regarder la personne mourir. Plusieurs études récentes montrent d’ailleurs que le massage seul donne, dans certains cas, un taux de survie tout à fait acceptable.

La plupart du temps, la reprise spontanée des battements du cœur ne sera possible qu’après que le cœur ait été stimulé par des drogues (ainsi que des chocs électriques en cas de battements anarchiques) lors de la prise en charge par une équipe médicale.