20 mars 2008

Toucher un oisillon entraine l’abandon des parents

bird

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Pas d’œufs d’eux

Allez, vous le saviez déjà ! C’est la réplique idéale quand, de retour d’une balade en forêt, la petite fait une crise devant un innocent oisillon tombé du nid, haut le nid, très haut… Plutôt que de se rompre le dos, on répond avec le plus grand sérieux que toucher l’animal lui serait fatal, les parents étant susceptibles de détecter ce contact, etc. On donne un mouchoir à la gamine et on rentre sans avoir risqué sa vie sur la canopée ni abimé ce sportwear qu’on a payé une fortune. Ouf…

Mais voilà, pas un oiseau n’a un odorat égalant celui de l’homme, et ce dernier est déjà bien en mal de pouvoir détecter si le chien du voisin a touché sa propre progéniture. Les oiseaux sont en général très mal fournis en odorat, juste le basique. Quelques rapaces et charognards sont un peu plus performants, mais d’autres raisons contredisent cette ancienne croyance populaire dont l’origine n’est pas déterminée : les oiseaux dépensent une énergie importante pour établir un nid et pour le remplir, ils ne sont pas prêts à abandonner leur trésor à la première occasion.

Il arrive parfois que des oisillons soient volontairement abandonnés car malades ou présentant une malformation, les remettre dans le nid mettrait en danger toute la couvée.

Pourvu que la petite ne tombe pas sur cet article !