13 mai 2008

Seuls les garçons sont daltoniens

iu-2

 Certaines filles ne voient pas la vie en rose !

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Le daltonisme frappe en majorité les garçons. Il n’en fallait pas plus pour voir glisser cette anomalie génétique uniquement du côté des mâles, et en débarrasser complètement les femelles. C’est une erreur, car si les filles sont effectivement faiblement touchées, dans une proportion de moins de 0,5% (en France), elles existent bel et bien. Vous allez rapidement comprendre pourquoi. Le daltonisme, ou dyschromatopsie, est une anomalie du chromosome X, plus précisément les gènes codant les pigments se trouvent sur ce chromosome.

Comme nous l’avons tous appris à l’école, ce qui fait qu’un garçon est un garçon sont ses deux chromosomes XY, à l’inverse ce qui fait une fille est la présence des deux chromosomes XX. Vous aurez donc vite calculé que pour qu’une femme soit atteinte de daltonisme, il faut que ses deux chromosomes soient porteurs de l’anomalie, contrairement aux mâles qui n’ont qu’un seul chromosome X. Une fille atteinte de l’anomalie sur un seul de ses chromosomes X est porteuse mais non atteinte (on parle de gène récessif). Ce qui explique pourquoi la transmission de cette anomalie chromatique par les parents sera beaucoup plus fréquente chez les garçons que chez les filles. En effet, il faudra que les deux parents soient porteurs de l’anomalie génétique (sur chacun de leurs X) pour que leur fille soit daltonienne, mais que seule la mère le soit pour que son garçon soit déficient. Car si seulement 0,5% des filles sont réellement daltoniennes, contre environ 8% chez les garçons, on estime que 15% des femmes sont porteuses de la déficience et donc susceptibles de la transmettre à leur descendance.