30 mars 2004

Poussée de tension et AVC

stethoscope to measure blood pressure

Le contenu de cet article est PROBABLE

Pas poussée, Mémé !

Encore une « vieille lune » qu’il va falloir combattre. Les AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) hémorragiques ou ischémiques ne sont pas dus à des « poussées de tension ». L’hypertension artérielle détériore peu à peu les artères et provoque des lésions qui favorisent les « attaques ». Mais il faut des années d’hypertension pour en arriver là.

Lors d’un accident vasculaire, il se produit une élévation parfois importante de la pression artérielle. Ce qui a amené cette théorie de la poussée de tension.

Simplement, cette hypertension se voit aussi bien pour les accidents hémorragiques (qui saignent) que pour les accidents ischémiques (vaisseaux qui se bouchent). Des études ont montré au début des années 90 qu’une baisse provoquée de cette tension lors d’un accident vasculaire, entraînait le plus souvent une aggravation des lésions et des séquelles.

En fait, cette « poussée de tension » protège le cerveau lésé et, en « montant la pression », le corps espère amener davantage d’oxygène pour les cellules en souffrance. La « poussée de tension » n’est donc pas la cause, mais la CONSÉQUENCE de l’accident vasculaire.

Il va certainement falloir attendre encore quelques dizaines d’années pour que cette idée reçue disparaisse. L’image d’un tuyau explosant sous la pression est trop alléchante pour que l’on y renonce facilement.