30 novembre 2009

Ne plus boire de lait de vache protège des tendinites

milk_G1wKrkw__L

Le vrai danger : courir après la vache avec un seau à la main

Le contenu de cet article est PROUVÉ

La tendinite, de par sa nature, présente un terreau fertile pour les idées reçues de toutes sortes. Cette affection douloureuse, très fréquente chez les sportifs, survient sans raisons apparentes, toujours au plus mauvais moment d’une phase de préparation, peut disparaître comme elle est venue ou résister à tous les traitements et peut ressurgir à tout moment ou se taire à jamais, bref c’est le mal pénible par excellence que les sportifs apprennent à redouter sans vraiment savoir comment s’en prémunir.

Les causes de tendinites sont cependant connues et multiples. La plupart du temps elles ont une origine mécanique et résultent d’efforts intenses ou répétés, de mauvaises positions, de fatigue ou de surentraînement. Elles peuvent également avoir des origines médicales voire médicamenteuses ou encore, quoique beaucoup plus rarement, découler d’un choc direct ou d’une chute. Par contre, aucune étude ne permet d’affirmer qu’elles sont le résultat d’une surconsommation de lait de vache. Ou de quoi que se soit d’autre. C’est pourtant la dernière idée à la mode qui se répand à la vitesse grand V et qui entraîne des comportements privatifs déraisonnables en plus d’être tout à fait inutiles.

Il faut dire que cela fait un moment qu’on tente de trouver les liens entre la fragilité des tendons et l’alimentation. En effet, on a longtemps pensé que l’acide urique était le principal responsable de la survenue des tendinopathies mais de nombreuses études et enquêtes épidémiologiques ont démontré que c’était une erreur [1]. S’il semble en effet que l’alimentation joue un rôle dans la prévention de ces pathologies, c’est plus la recherche d’un bon équilibre alimentaire qui semble être la solution et dans ce contexte, incriminer un aliment en particulier est une véritable aberration.

Notes

[1] Denis Riché in Sport & vie N°113 – mars-avril 2009 – Tendinites et alimentations, l’incroyable puzzle