18 mars 2006

N’avale surtout pas ton chewing-gum !

stylish-boy-blowing-bubble-gum-vector-cartoon-illustration_zJMVlL2O_L

Une certitude qu’on peut gommer

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Quel enfant n’a pas entendu au moins une fois sa mère (ou tout autre personne ayant autorité pour faire des remarques éducatives), le mettre en garde contre la dangerosité d’un acte contre nature : avaler son chewing-gum ! Contre nature, parce que la spécificité du chewing-gum est que sa vocation première, n’est pas d’être avalé mais d’être mâché, mâché et … recraché, ou jeté, ou collé sous la table mais en aucun cas avalé. Et ce n’est pas Violette Beauregard, vice-championne du monde de mâcher de chewing-gum, qui colle le sien derrière son oreille pour dormir, qui nous contredira.

« Il va rester collé à ton estomac pendant dix ans » disait ma mère pour me faire peur, et même si le scepticisme naturel des enfants ne se laisse pas abuser par ce type d’affirmation péremptoire, tout un chacun sent bien que si on utilise de tels mensonges pour le mettre en garde, c’est bien que ça doit être un tout petit peu dangereux tout de même… non ? Hé bien pas vraiment ! Du moins pas si on en avale un de temps en temps après l’avoir mâché. Il ne sera certes pas digéré, mais il sera éliminé dans les selles au bout de quelques jours.

Les seuls (rares) problèmes rencontrés concernent des jeunes enfants qui après avoir avalé plusieurs dizaines de gommes auraient été victime d’une occlusion intestinale. C’est du moins ce qu’il ressort d’une étude publiée par le magazine américain Journal of Pediatric Medicine. Rappelons le donc tout de même, avaler sa gomme n’est pas dangereux, mais c’est pas fait pour !