1 septembre 2007

Les noms propres n’ont pas d’orthographe

Incorrect Or Correct Directions On A Metal Signpost

Une orthographe propre pour le nom propre !

Combien ne nous sommes-nous pas entendu répondre par celui qui venait d’écorcher l’écriture de notre patronyme « Les noms propres n’ont pas d’orthographe » ? Ce qui serait encore supportable si cette sentence ne s’accompagnait pas généralement d’un petit sourire mi-narquois mi-fier de soi…

« Pas d’orthographe » signifie ici qu’il n’existe pas de règle, c’est-à-dire de système permettant d’inférer l’écriture de n’importe quel nom propre, à partir de celle des noms comparables. Exemple : dans la langue, nous pouvons deviner l’orthographe de « charroi » à partir de celle de « charrette », dont nous savons qu’il prend deux « r », comme carrossable ou carrière. La règle est que tous les mots de cette famille prennent bien deux « r », (sauf chariot, ce dernier constituant une exception, laquelle prouve bien qu’il y a une règle).

Rien de tel pour les noms propres, puisque Dupuis peut aussi bien s’écrire Dupuy, comme les homonymes Duperrier et Dupérier… Cependant, l’absence de règle générale ne signifie nullement absence d’obligation : l’état civil est là qui veille, et s’il n’était pas là, la seule volonté du propriétaire suffirait à imposer une graphie et non une autre à chaque nom propre.

Quant aux différences nombreuses que l’on peut relever d’un nom homonyme à l’autre, elles sont explicables soit par des nuances dialectales, soit par les erreurs de notation, aux époques reculées où le bon peuple ne sachant pas lire, il était bien incapable de corriger la faute d’un préposé aux écritures. Sans oublier que pendant longtemps, même les noms communs… n’avaient pas d’orthographe !