25 mai 2007

Les miroirs inversent la droite et la gauche

Girl Looking At Herself In The Mirror And Checking Her Makeup

Question de monsieur Bonpied de Bonneuil…

 Une idée reçue qui ne vous laissera pas de glace.

Le contenu de cet article est PROUVÉ

« Pourquoi les miroirs inversent-ils la gauche et la droite ? » Jusque-là pas de problème, c’est une question intéressante. Mais z’ensuite, on ajoute avec un sourcil levé et un air mystérieux « alors qu’ils n’inversent pas le haut et le bas ? ». Effet garanti. Les années passent et pourtant je ne m’en lasse pas. On peut coller presque tout le monde avec cette question/assertion. Et pour cause. Il ne peut y avoir de solution à un problème qui n’en est pas un. Car il y a là-dessous une magnifique idée reçue : les miroirs n’inversent pas la droite et la gauche, ils inversent en réalité l’avant et l’arrière.

Comme la plupart de vos congénères, vous portez votre montre à la main gauche. Regardez-vous dans un miroir. Votre montre est bien à gauche de l’image qui est dans le miroir. C’est d’ailleurs encore plus évident si au lieu d’utiliser les notions relatives de droite et gauche, on utilise les notions d’Est et d’Ouest. Ce n’est pas le miroir qui inverse la gauche et la droite, c’est nous. Nous avons tous le même haut et le même bas, mais lorsque nous nous retournons, nous emmenons notre gauche et notre droite avec nous, avec ou sans miroir…

Pourquoi alors, pensons-nous que les miroirs inversent la gauche et la droite ? La réponse est en fait extrêmement compliquée. Tellement qu’on ne se hasardera pas ici à vous expliquer le mécanisme en détail. Disons simplement que nous avons l’impression que le miroir inverse la gauche et la droite parce le miroir fait ressembler notre main gauche à une main droite. On appelle cela la chiralité. C’est par exemple ce qui explique pourquoi tant d’enfants (et quelques adultes) mettent leur chaussure droite au pied gauche (ça marche aussi dans l’autre sens). Si avec le temps, nous domptons cet objet chiral qu’est notre chaussure, nous avons plus de mal à le faire avec notre main, qui, elle, est une partie de nous-mêmes. Ah, la force de l’idée reçue…