12 novembre 2004

Les lavements sont bons pour la santé

escuintla_enema

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Ne pas confondre lavement et lavage de cerveau !

Les Egyptiens croyaient que la putréfaction des aliments dans les intestins causait des intoxications. Depuis ce temps sont pratiqués dans diverses civilisations des lavements, c’est-à-dire l’introduction de grandes quantités d’eau par le rectum afin d’éliminer les « déchets » accumulés dans les intestins.

Au début du vingtième siècle, certains médecins pensaient que la démence précoce ou l’épilepsie étaient dues à l’auto-intoxication par les fèces : les toxines accumulées étaient censées empoisonner les organes sexuels, la bouche, et bien sûr les intestins ! On ôtait donc chirurgicalement ovaires, testicules, et autres côlons « infectés ». Les jeûnes et purges devaient également prévenir la fatigue, les maux de tête, l’indigestion, l’impuissance, la nervosité, l’insomnie, renforcer le système immunitaire… Aujourd’hui, certains charlatans pratiquent l’hydrothérapie du côlon afin de « soulager » le foie, « nettoyer » l’intestin, reconstituer la flore intestinale et éliminer les bactéries pathogènes. Ces théories n’ont aucun fondement scientifique.

Si les lavements intestinaux peuvent occasionnellement soulager la constipation, ceux-ci doivent se faire sur les conseils d’un médecin. Une pratique trop régulière peut aboutir à des troubles du système digestif (syndrome du côlon irritable : diarrhées, constipation…), des carences en minéraux, une déshydratation ou perturber le réflexe de défécation… Le lavement intestinal peut même être fatal en causant une hyponatrémie chez le jeune enfant : en introduisant de l’eau dans le tube digestif, celui-ci l’absorbe et provoque une dilution du sodium et du potassium sanguins.