20 février 2008

“Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point”

lustful-heart_myer1U_L

Le cœur de Pascal avait foi

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Lorsque Pascal écrit et compile les notes qui formeront après sa mort Les Pensées – titrées initialement Apologie de la religion chrétienne, il n’a pas pour dessein de traiter de problèmes affectifs et sentimentaux. Les aléas des passions libertines, si elles ont un temps occupé son esprit, ne sont pas ici son propos. Sa foi chrétienne, bien que tardive, n’en est pas moins assurée et il incline vers le jansénisme, doctrine intransigeante dont la morale austère basée sur la prédestination postule que l’homme tend naturellement vers le Mal et la « délectation terrestre », ce dont seules la grâce et l’élection divine qui en découle pourront le délivrer. Bref, on ne doit pas rigoler chez les Pascal et les frivolités de sa “période mondaine” ne sont plus de mise.

Avec Les Pensées, le but manifeste est d’amener à la foi les libres penseurs indécis et il va pour cela déployer tout son talent et son éloquence. En bon scientifique qu’il est aussi, même s’il ne pratique plus guère les mathématiques depuis sa crise mystique, il utilise un lexique précis, issu de la Bible et de Port-Royal. Le mot cœur y figure en bonne place et désigne ici, en opposition à la raison, le siège de l’instinct, faculté naturelle grâce à laquelle pourra se manifester à son tour l’intuition de la foi, indispensable au travail de la raison sur les passions. Et, bien entendu, la raison incapable de saisir l’indicible ne peut connaître les motifs qui animent le cœur, source de ces élans. La foi de Pascal apparaît donc comme le résultat d’une démarche rationnelle de maîtrise des passions que seul l’élan instinctif et irrationnel du “cœur” peut animer.

Étymologiquement relié aux viscères, le cor latin de la Bible désigne lui aussi le siège du sentiment et de l’esprit. Toutefois, certains commentateurs insistent sur le contresens que l’on ferait à assimiler le cœur de Pascal à celui qui est évoqué dans d’autres traditions chrétiennes.

Ainsi, avant de servir l’argument à celui ou celle qui vous somme de motiver vos transports amoureux, assurez-vous au préalable de son ignorance du vocabulaire de Pascal. En pratique, le risque est faible, mais on ne sait jamais, Tatoufaux jouit d’une assez large audience…