18 décembre 2009

L’accrochage du portrait du président dans les mairies est obligatoire

gallery-display_G1csgqHd

À 3 on dit ouistiti : 1, 2…

Le contenu de cet article est PROUVÉ

Depuis maintenant pas loin de 160 ans, la photo du président de la République est affichée dans la plupart des mairies. Quelque temps après une nouvelle élection, les portraits arrivent donc dans les bureaux des maires. On peut aussi imaginer aisément que certains s’en seraient bien passés, pas la majorité, forcément, mais quelques-uns, très probablement. Or, il faut savoir que ceux qui se sont imposé de les accrocher au mur de leur bureau ou hall d’entrée, pensant qu’ils n’avaient pas d’autre choix, se trompent en partie. En effet, s’il est vrai qu’il s’agit d’une tradition républicaine, assez largement répandue, elle ne revêt aucun caractère obligatoire.

Pour preuve, lorsqu’en novembre 2006, le sénateur Jean Besson, posa cette question par écrit, il reçut du Ministère de l’Intérieur une réponse fort explicite : “Aucun texte de nature législative ou réglementaire ne prescrit l’utilisation des symboles républicains que sont le drapeau national, le buste de Marianne, le portrait du Président de la République dans les bâtiments publics”. Rien n’empêche donc un maire de décider d’afficher — ou en l’occurrence de ne pas afficher — le portrait du président dans ses locaux.

Cette tradition remonte à la deuxième République (la première n’ayant pas eu de président) et au portrait de Louis Napoléon Bonaparte qui est en fait un dessin et non une photographie. Il faudra attendre la IIIe République et le président Adolphe Thiers en 1871, pour que ce portrait soit une photographie. Pour la petite histoire, c’est également Adolphe Thiers qui posa le premier avec la main reposant sur un livre.