4 mars 2005

La Lune provoque des insomnies 

eyes_G1DtALcO copie

Ce problème m’a empêché de dormir toute la nuit.

 Le contenu de cet article est PROBABLE

 

La légende lunaire n’a de cesse d’être source de nombreuses croyances. Ainsi, ajoutée à celles des accouchements, des gelées, de la décoloration des linges, des urgences psychiatriques et de la délinquance, celle des insomnies est aussi fort répandue.

La pleine lune, dit-on, est cause d’insomnies. Mais qu’est-ce qui peut bien fonder cette affirmation ? Est-ce la conclusion de relevés rigoureusement réalisés en notant soigneusement les soirs d’insomnies de pleine lune, et ceux sans pleine lune, ainsi que les soirs de pleine lune sans insomnies ? Sachant que chez les plus fragiles d’entre nous (et les plus croyants aussi), le simple fait de savoir qu’un soir verra la lune pleinement éclairée suffit à faire naître chez eux cette excitation ou cette angoisse psychologique qui les empêchera de dormir.

Une expérience personnelle de relevés totalement aveugle, c’est-à-dire sans avoir connaissance du tout du calendrier lunaire, devrait suffire à faire la preuve que le mythe ne tient pas. Sinon, comment expliquer cette action lunaire ? Ceux qui répondront que l’influence de la masse du satellite (via la gravitation ou la force marémotrice) explique cette excitation nocturne (voire diurne) devront retourner sur les bancs de l’école, et découvrir que l’influence de la masse de la terre annihile celle de la lune, que la force de marée d’une montagne toute proche sur eux est 100 000 fois supérieure à celle de la lune, que la force de gravitation du soleil est 200 fois celle de la lune, et qu’enfin, si les marées répondent à l’attraction de la lune, la physique de l’individu n’est pas la physique du globe et de ses océans, les volumes ne sont pas les mêmes !

De toute façon, éclairée ou pas, premier ou dernier quartier, la lune est toujours présente au-dessus de nos têtes dans son entièreté, serait-ce alors son éclairement total par le soleil qui serait cause de tout ce mystère ? La “réflexion excitante”, une nouvelle découverte psychiatrique ? Non. L’explication la plus plausible de cette croyance qui perdure, serait celle d’un phénomène psychologique tout bête, nommé “biais de confirmation” consistant à ne retenir et à ne prendre en compte que les cas qui confirment notre croyance, mais à négliger les autres la réfutant. Associée à une “pensée sélective” de bon aloi, la boucle est bouclée et le mythe se perpétuera dans les foyers.

Enfin, si la lumière d’un soir de pleine lune sans nuages vous empêche de dormir paisiblement, fermez les volets, quoique la recherche désespérée d’une cause à vos insomnies bien terriennes, risque de vous pousser à accuser la vitamine C et les oranges mangées plus tôt.