29 novembre 2005

Il ne faut pas boire d’alcool en prenant des antibiotiques

Female hands holding hot mug close up. Woman hands in white woolen mittens holding a cozy cup with hot cocoa, tea or coffee. Winter and Christmas time concept.

Les antibiotiques, c’est pas la cuite automatique !

Le contenu de cet article est PROUVÉ

C’est une vieille idée reçue qui date du temps de la tuberculose et d’anciens antibiotiques. L’isoniazide qui était employée couramment dans le traitement antituberculeux perd de son efficacité si le patient consomme de l’alcool. De nos jours, aucun antibiotique courant ne nécessite l’arrêt de l’alcool.

Seul les nitro imidazolés — métronidazole (Flagyl® Rodogyl® et autres), secnidazole (Secnol®)  peuvent provoquer un effet antabuse. Vous risquez de vous en rappeler, c’est très désagréable. On se servait beaucoup de cet effet avec le disulfirame pour décourager les alcooliques.

Ce qui est bon pour les antibiotiques ne l’est pas pour beaucoup d’autres médicaments et il vaut mieux, de toute façon, s’abstenir de picoler quand on prend un traitement. En fait, il est beaucoup plus dangereux de boire de l’alcool avec d’autres médicaments qu’avec les antibiotiques. Les médicaments peuvent voir leur effet diminuer ou au contraire leur toxicité augmenter avec de l’alcool.

Boire de l’alcool régulièrement et en quantité est mauvais pour la santé et il est inquiétant de ne pas pouvoir se passer d’alcool durant quelques jours. C’est un signe de dépendance.