20 janvier 2005

Faire craquer ses articulations favorise les rhumatismes

crack-your-knuckles-fb

Le contenu de cet article est PROBABLE

Peut-on faire crac-crac sans danger ?

Peut-on favoriser la survenue d’arthrite ou d’arthrose à force de faire craquer ses doigts, ou de manière plus générale, ses articulations ? Non, car en réalité le craquement perçu n’est pas produit par le cartilage ni par les os, il provient de bulles de gaz carbonique présentes dans la synovie, le liquide séreux qui lubrifie les articulations. Lorsque l’articulation des doigts est déformée, la pression sur celle-ci diminue, une bulle de gaz carbonique se forme, provenant du gaz dissout dans le liquide synovial. Comme la pression dans la bulle est moindre, le liquide synovial se “précipite” sur elle et c’est l’implosion de celle-ci qui cause le bruit de craquement entendu. Après quoi ce gaz se dissout de nouveau dans la synovie et la manoeuvre peut être répétée plusieurs fois, c’est pourquoi il est possible de provoquer ces craquements plusieurs fois de suite.

Mais faire éclater plusieurs fois ces bulles de gaz peut-il endommager les articulations ou le cartilage osseux ? Une analyse révèle que non, car l’énergie dégagée lors du craquement est estimée à 0,07 mJ/mm3 alors que celle nécessaire pour endommager le cartilage est probablement 10 fois plus importante.

Un homme a fait craquer les doigts d’une seule de ses mains pendant soixante ans (oui 60 ans sans craquer de craquer tout le temps). Il n’a pas constaté de différence entre les deux.

Cependant il se pourrait bien que cela affecte les ligaments à long terme, ou que les habitués du craquement de doigts y perdent en poigne dans la main.